Communauté de Communes du Haut-Chablais

Vous êtes ici : Accueil > ENVIRONNEMENT > Gestion des déchets > Les biodéchets et le gaspillage alimentaire

Les biodéchets et le gaspillage alimentaire

  • Publié : 9 juin 2022
  • Mis à jour : 22 juin 2022

LES BIODECHETS

Les biodéchets sont constitués des déchets alimentaires et des autres déchets naturels biodégradables.

Une partie de ces déchets peut être évitée, par exemple grâce à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Le reste de ces déchets peut et doit être valorisé spécifiquement, pour garantir une bonne qualité de traitement. De plus, c’est un gaspillage que de les éliminer par incinération ou encore mise en décharge alors qu’ils représentent une ressource importante en matière et en énergie ainsi qu’une éventuelle source de revenus.

Le saviez-vous ?
Les biodéchets représentent un tiers des poubelles résiduelles des Français ; c’est un gisement non négligeable qu’il faut maintenant détourner de l’élimination en vue d’une économie circulaire de la matière organique.
La loi prévoit que tous les particuliers disposent d’une solution pratique de tri à la source de leurs biodéchets en 2024.
Ce tri à la source, c’est-à-dire au plus près du lieu de génération chez les ménages comme chez les entreprises, est nécessaire pour détourner ce flux de déchet de l’élimination, et permettre un retour au sol de qualité par une valorisation agronomique de ces déchets biodégradables.
Une première solution de tri à la source consiste à développer le compostage domestique (de proximité), dispositif qui peut être complémentaire à la mise en place d’une collecte séparée des déchets alimentaires par la collectivité.

Le compostage domestique consiste à mettre ses déchets de cuisine (épluchures de fruits et légumes, coquilles d’œuf...) ou ses restes de repas (trognons, os, couenne…) dans un composteur. Contrairement aux idées reçues, le compostage domestique ne génère pas d’odeurs.

Il peut prendre plusieurs formes et s’adapter à divers milieux, en zone rurale comme en zone urbaine :

  • lombricomposteur (composteur individuel basé sur la digestion de déchets alimentaires par des lombrics) en appartement par exemple,
  • composteur domestique de jardin en maison individuelle,
  • composteur collectif de proximité, ou compostage partagé, par exemple un "chalet de compostage" en pied d’immeuble.

Pour vous aider, l’ADEME a édité un guide de compostage.

Guide pratique du compostage


Vous pouvez aussi afficher ce document dans votre cuisine !

Que mettre dans un composteur ?

La gestion de proximité permet de limiter la production de déchets à traiter par le service public, ce qui signifie moins de camions de collecte de déchets sur les routes, donc moins de dépenses d’énergie pour leur transport et moins d’incinération de déchets alimentaires.

L’autre intérêt de cette gestion de proximité est de créer de la matière (du compost) qui permet de limiter les achats d’amendement organique. Le compost se présente comme un terreau qui peut être utilisé sur ses plantes de jardinage ou comme structurant sur le sol du jardin. Les lombricomposteurs permettent également de récupérer des liquides qui peuvent être utilisés comme engrais pour les plantes.

Le processus de compostage réduit par trois les volumes des biodéchets. En effet, ces déchets sont très majoritairement constitués d’eau. Les quantités de compost produites restent généralement cohérentes avec les besoins des plantes domestiques. Et si l’on n’a pas de plantes… On peut le donner aux voisins !

Les professionnels sont aussi concernés par les biodéchets.
Pour savoir quel producteur de biodéchets vous êtes, cette fiche d’autodiagnostic vous permettra de quantifier et de caractériser vos biodéchets.

Autodiagnostic du gisement de biodéchets

Ensuite, grâce au document édité par l’ADEME, vous pourrez les réduire et les valoriser.

Les déchets alimentaires, premiers pas vers la réduction et la valorisation

Les communes sont également concernées par les biodéchets et notamment par leur production de déchets verts.

Ces fiches techniques aideront les élus et les techniciens à réduire, valoriser, voire supprimer la production de leurs déchets verts.

Fiches techniques sur les déchets verts

LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Mais si nous décidions de produire moins de déchets, notamment en évitant le gaspillage alimentaire car il n’y a pas de petit geste en faveur de l’environnement !
Alors retrouvez ci-dessous un carnet malin qui vous aidera à établir votre liste de courses :

Mon carnet malin pour mieux consommer

Vous pouvez également trouver de bonnes idées dans le guide édité par l’ADEME : "Manger mieux, gaspiller moins".

Manger mieux, gaspiller moins.

LE MEILLEUR DECHET EST CELUI QUE L’ON NE PRODUIT PAS !